Restez en contact
NAUDET PATRICK
30, Rue de Bourdigal
85180  Château-d'Olonne

La nouvelle réforme des rythmes scolaires

12/08/2017

Par le décret 2017-1108 du 27 juin 2017 relatif « aux dérogations à l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques », il est aujourd’hui possible aux directeurs d’académies d’autoriser le retour à la semaine de 4 jours dans les écoles maternelles et élémentaires des écoles publiques dans la mesure où ils sont saisis d’une « proposition conjointe » d’une commune ou d’un EPCI et « d’un ou plusieurs conseils d’école ».

 

Enième réforme à l’école qui divise les communes sur le fait d’y aller tout de suite et revenir à une semaine de 4 jours ou attendre la rentrée 2018/2019 pour étudier, avec tous les partenaires associés, la solution à retenir, pour le bien de l’enfant, en s’assurant des financements possibles et de leur pérennité.

 

 Dès la rentrée 2017/2018, on peut estimer qu’environ 30 à 40% des communes vont revenir à la situation d’avant 2013, du fait d’une réforme très controversée, mal préparée qui ne reposait sur aucune évaluation sérieuse de la situation de l’époque.

 

La seule modification des temps périscolaires pouvait-elle résoudre tous les problèmes sans doute que non mais au moins elle aurait dû poser, pour les communes, la question des moyens mis en œuvre et des résultats obtenus notamment en privilégiant la réussite de l’enfant.

 

Gageons que la possibilité offerte aux communes ne soit pas la  contrepartie des réductions de recettes envisagées par la loi de finances 2018.

 

Quoi qu’il en soit, la réforme de 2013 n’a pas engagé que les communes et communautés de communes mais aussi le secteur associatif. La décision de revenir ou pas à une semaine de quatre jours engage tous les partenaires associés. Une situation qui demande de prendre du temps pour réfléchir.

 

Pour les communes et EPCI il est temps de se préoccuper enfin de ce qui se passe à « l’intérieur des murs ».

 

Le cabinet PRO-CONSEIL accompagne les élus dans cette nouvelle réforme comme il l’a fait en 2013 et 2014 :

 

  •    En proposant auprès des Associations des Maires une formation pour mieux comprendre ce qu’induit cette nouvelle réforme,
  •    En accompagnant les communes, les EPCI et syndicats, qui le souhaitent, sur le projet d’organisation des temps scolaires.

Retour à la liste des actualités

Top